Transatlantique croisée

Le temps du Carême est l’occasion d’un nouveau départ. L’occasion de vous faire partager l’expérience de deux LIFEinGARDois partis de chez eux de l’autre côté de l’Atlantique, mais ayant rencontré avec ses différences une même Eglise. Deux témoignages pour nous encourager à nous ouvrir à l’autre et oser la rencontre.

Rémi-Joseph

originaire du Vigan est parti 10 mois au Canada l’année dernière.

« Déjà huit mois que je suis rentré du Canada. J’y suis resté dix mois dont la plupart du temps à Revelstoke, petite ville pionnière de 7230 habitants située dans les Rocky Mountains et aujourd’hui grande station de ski célèbre dans le monde entier. Dès mon arrivée, j’ai cherché the Eglise. Or les églises ne manquent pas en Amériques (United Church, Baptist Church, Alliance Church…), encore faut-il trouver celle qui nous correspond. L’église catholique de la ville se nomme St. Francis of Assisi. Les garants en sont Father Aaron de Dios, venu tout droit des Philippines, et Sister Anna, une des premières religieuses du Canada à avoir eu son permis de conduire. Les premières messes furent laborieuses à comprendre avec les accents canadien et philippin parfois très prononcés. Une solution pour m’insérer plus facilement a été de jouer de la flûte traversière. Je me suis donc présenté en expliquant mes souhaits. Deux jours après, une âme charitable m’a prêté son instrument, une semaine après, j’animais un mariage. Autant dire qu’ils ne perdent pas leur temps. Et me voilà donc tous les dimanches à 10h30 participer aux célébrations avec un petit ensemble musical composé d’un piano, d’un tambour et parfois d’une guitare. Très vite, une amitié est naît avec F. de Dios et les musiciens. Il nous arrivait, par exemple, de jouer au ping-pong jusqu’à tard dans la nuit. Aujourd’hui, je garde toujours contact avec eux. Ils prévoient un séjour à Lourdes dans les quelques années qui arrivent. Une belle opportunité pour vous les présenter à Nîmes ! »
Rémi-Joseph

Paroisse St. Francis of Assisi, Revelstoke, British Columbia, Canada

Lauren

est américaine, étudiante en langue elle a passé un an à Nîmes comme assistante.

« Ce que j’aime beaucoup en France c’est l’aumônerie. On n’a pas vraiment d’équivalent aux États-Unis, même s’il y a souvent des groupes pour les jeunes cathos. Normalement, il n’y a pas de messe qui accompagne ces groupes et c’est rare qu’il y ait un prêtre ou frère ou sœur religieux présent. L’aumônerie en France donc est une occasion exceptionnelle pour se développer dans la foi. Mon expérience à l’aumônerie de Nîmes était formidable et cela me manque ! Au moment de Noël, dans le sud de la France on a les belles traditions des santons et de la crèche et c’est génial d’aller d’église en église pour les voir en attente de Noël et la naissance de Jésus. Peut-être que la plus grande différence du catholicisme dans ces deux pays c’est qu’il n’y a pas autant de tension entre le catholicisme et le protestantisme aux États-Unis, probablement à cause de la différence d’histoire entre ces deux pays comme aux states on n’avait pas de guerres religions entre ces deux secteurs du christianisme- notre histoire est bien sûr beaucoup plus courte que celle de France. Les différences entre les messes aux États-Unis et en France sont petites, mais quand même remarquable. Pendant le Nôtre Père aux states, on lève les mains ou on tient la main des personnes à ses côtés si on se connait, en levant les mains au moment où on dit « car c’est à toi… ». À la communion dans les églises américaines, on part en procession pour recevoir la communion de l’avant à l’arrière de la nef. Les chansons évidemment sont différentes et on chante aux moments qu’on ne chante pas aux États-Unis. On ne célèbre pas la Chandeleur, et j’ai beaucoup apprécié cette célébration. Le dimanche des Rameaux, on a reçu des lauriers, pourtant aux États-Unis, au début de la messe le prêtre bénit et distribue des branches de palmier sec. Je suis très contente d’avoir été accueilli à l’aumônerie de Nîmes ou je me suis fait de bons amis. J’ai aussi eu la chance de découvrir Taizé grâce à l’aumônerie ! »
Lauren

Lauren, lors de la marche provinciale des Rameaux 2014

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *