La mission, un vrai chemin de Carême.

En cette fin de Carême retrouvez le témoignage de Marie partie au Chili début septembre pour un an de mission avec FIDESCO, ONG catholique de solidarité internationale (de la Communauté de l’Emmanuel).
Elle y a une mission d’animatrice pastorale et sociale à Concepción, au Chili, dans la Fondation Ciudad del Niño qui accueille des enfants ne pouvant plus continuer à vivre dans leurs familles pour des problèmes de précarité sociale, d’alcool, de violence, d’abus sexuels…

Cela fait maintenant 7 mois que j’ai débuté ma mission au Chili et je voudrais vous témoigner du chemin intérieur et spirituel que je suis en train de vivre, chemin qui prend d’autant plus de sens en ce temps de Carême ! Pour tout vous dire, cette année bénie, mais parfois difficile à vivre car décapante, m’incite à penser qu’en m’inscrivant à FIDESCO je me suis abonnée à un an de Carême ! Mais l’idée me plaît car je sens que je suis en train de faire ici des pas de géants qui m’auraient pris bien plus de temps et coûté plus cher en France !

A la suite du Christ et avec Saint Jean-Baptiste, je me sens appelée à me retirer toujours un peu plus dans ce désert que me propose la mission et dans le désert de mon être profond. Là, je peux me mettre à l’écoute du monde et de moi-même, de manière différente. Me mettre à l’écart, simplement, non pour fuir le monde, mais au contraire, pour prendre le temps de me le réapproprier autrement et de découvrir le vrai chemin qui mène à Dieu, vers moi-même, et vers les autres. Chemin d’humilité, d’honnêteté, de détachement et d’abandon. Et expérience vertigineuse !

Effectivement, je sens que Dieu est véritablement en train de me faire vivre une grande étape de ma vie. Cette mission est un chemin de purification et de compréhension de moi-même, de mon identité propre. J’ai souvent du mal à comprendre pourquoi je vis tout cela et pourquoi certaines choses remontent mais je me sens appelée avant tout à la confiance et à la fidélité à la prière et à mon OUI à la mission. Je suis surtout ébahie de voir à quel point le Seigneur veut prendre soin de moi ici et m’aider à voir les zones d’ombres de mon être intérieur et de ma vie afin de me permettre de grandir en sainteté !

Car, faisant le pas de me regarder moi-même, bien plus en profondeur, je me trouve face à mes défauts, mes pauvretés, mes limites. Dieu m’invite à les reconnaître, les accepter et ne pas chercher à les cacher. Il m’incite à me mettre à l’école de l’Humilité. Pour cela, je suis accompagnée merveilleusement bien par notre sainte patronne des missionnaires, Sainte Thérèse de Lisieux. Sa « petite voie » (voie d’enfance spirituelle que nous a laissé la petite Thérèse, un chemin et une manière de vivre en communion avec Dieu miséricordieux) m’enseigne ce que je dois faire de tout ce dont je suis en train de prendre conscience : me réjouir de mes imperfections qui sont l’occasion pour Dieu de me montrer sa miséricorde et le glorifient donc.

Oui, ici, je prends conscience de ma petitesse et découvre réellement l’Humilité, perfection de notre Dieu et remède de notre humanité. Avec cette dernière, je sais que le chemin devant moi est immense, mais il ne me décourage plus ! Je suis touchée par cette vertu qui, jusque-là, me semblait si lointaine et inaccessible. J’ai compris qu’elle ne constituait rien d’autre que la clé de la miséricorde divine et donc du cœur de ce Dieu brûlant d’amour pour nous.

« Dame Humilité » est également pleine d’enseignement pour mon travail d’animatrice pastorale. Car, non, je ne suis pas digne de défaire la courroie de la sandale de Celui que j’annonce aux enfants et professionnels de la Fondation pour laquelle je travaille ! Mais je sais désormais que mon indignité, mon indigence attirent sur moi la sollicitude, la miséricorde et la tendresse infinie de Celui qui vient, qui est déjà là, caché derrière le témoin que je suis et que je deviens toujours plus !

Oui, la mission est un vrai chemin de Carême ! Un chemin… pour aller plus loin : Plus loin en humanité, plus loin en sainteté, plus loin vers le Christ !

C‘est donc suivant Jésus au désert avec vous, et à la manière dessinée par ma mission, que je vous souhaite une très belle fin de chemin vers Pâques !

Marie Gleize alias Maya à la chilienne !

http://lifeingard.catholique.fr/Rentree-Nouveau-Depart
http://nimes.catholique.fr/actualite/v_actu_1.php?ID=574

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *