De Nazareth à Jérusalem 2

à la rencontre et au service des Chrétiens d’Orient 2/2

Du 11 au 27 août, une douzaine de jeunes gardois ont vécu une expérience inoubliable : un séjour en Terre Sainte à la découverte de communautés chrétiennes de ce pays. Une semaine de service constituait le cœur de leur périple de Nazareth à Jérusalem. A partir du 22 août le groupe séjourne entre Bethléem et Jérusalem.

Bethléem et Jérusalem

Le 22 août, les deux équipes se sont retrouvées à Bethléem et Jérusalem. La visite d’un camp de réfugiés palestiniens sur trois générations avec nos jeunes hôtes fut un moment fort. Comment recueillir ainsi l’expérience douloureuse et l’espoir d’un peuple dans le temps fugace de la traversée d’un quartier aux dédales sinueux et compliqués comme l’est la situation politique à tous niveaux ? Comment faire pour que cette expérience ne reste pas lettre morte et ne se résume pas à une émotion prenante dans l’instant ? Dans la foulée, nous avons célébré la Messe à Bethléem… et si c’était là que tout commençait, à Noël, auprès d’un enfant qui naît « en territoire occupé »…

Pour cette dernière étape du séjour, nous étions hébergés au Carmel de Bethléem. Nous avons partagé la joie de la communauté et des nombreux amis venus célébrer la fête de la Bienheureuse Mariam de Jésus Crucifié, le 26 août. La messe fut célébrée en rite melkite par Mgr Jules Joseph Zerey, archevêque grec melkite catholique de Jérusalem. Nous l’avions providentiellement rencontré la veille au moment où il venait prier seul dans sa cathédrale à Jérusalem. Il nous consacra un moment « hors du temps », expérience fraternelle de ce que représente « en grand » et « officiellement », pour reprendre ses mots, la liturgie orientale : Le Ciel sur la terre. La mise en place et le service des agapes nous donnèrent encore une fois la joie de servir nos frères au delà des mots d’arabe que nous essayions de retenir d’un jour sur l’autre depuis le début du séjour. Ce fut la leçon ultime de ce pèlerinage : « Le Verbe s’est fait chair »… et a révélé l’amour du Père auquel nos relations fraternelles répondent.

Intercéder pour la Paix.

« Portez une petite croix, c’est une sécurité »… Le conseil de Mgr Gollnish, Directeur de l’Œuvre d’Orient, qui soutient depuis plus de 150 ans les Chrétiens d’Orient a pris un sens de plus en plus profond tout au long du séjour. Comme le soulignait le Père William Marie Merchat, délégué pour le diocèse de Nîmes de cette association et guide du pèlerinage, notre identité chrétienne nous a placé dans une position d’humbles intercesseurs pour la paix en cette période où le conflit est d’actualité, bien que le ressenti au quotidien était mesuré. Quand un accord de cessez-le-feu fut signé alors que notre séjour prenait fin, le 26 août, nous avons partagé la joie des sœurs et des amis du Carmel.
Le signe de la Croix nous a marqué la route de la disponibilité et du service.

Merci à tous ceux que nous avons rencontré et qui nous ont accueilli à bras grands ouverts. » Welcome », « Merci d’être venus » avons-nous si souvent entendu. Oui, peut être, mais surtout « Noch Kour Allah », merci Seigneur, pour ce que chacun a pu vivre, pour ce que ce pèlerinage a mis en route et fait bouger à l’intérieur de chacun ! La Terre Sainte n’est pas tant ces monuments et ces églises. Elle est ces « pierres vivantes », nos frères et sœurs, et la Terre où nous attend le Christ, ici, dans le quotidien de nos vies éclairées par ce séjour magnifique.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *