Citoyens chrétiens, à vos urnes !

J -2 avant le premier tour des municipales : les urnes nous attendent !
En quoi notre foi nous demande-t-elle d’agir en tant que citoyen ? Pourquoi un chrétien doit-il voter et si possible s’impliquer davantage en politique ?
Camille et Pierre, deux LIFEinGARDOIS engagés sur une liste électorale de leur commune, nous aident à mener cette réflexion en répondant à quelques questions.

Camille a 22 ans et est étudiante en BTS Assistant de Manager. Elle est née en Éthiopie et a été adoptée par une famille résidant à Nîmes où elle vit depuis 18 ans.

Pierre, 23 ans, est un jeune professionnel récemment marié habitant sur la Commune du Vigan.

 

En tant que jeune, qu’est ce que cette expérience des élections municipales t’apporte ?

 

  • Camille :

Je dirais que cette expérience ou plutôt cette aventure humaine me montre les relations entre les jeunes et les plus âgés, les relations d’entre-aide et d’écoute mais aussi les conflits et les malentendus comme dans la vie d’un groupe. Plus de 200 militants tractent, échangent avec les habitants, se relaient pour tenir la permanence de campagne nous ne les voyons peut-être pas sur la liste comme moi mais avec eux nous formons, sans les oublier une belle équipe dynamique et motivée.
Comprendre le fonctionnement des élections municipales et entrer dans le rouage des démarches, c’est vraiment enrichissant et formateur.

  • Pierre :

Engagé dans une liste sur ma commune, je découvre toutes les facettes de la politique au niveau local. L’expérience est riche en partage et en découverte. Je rencontre de nombreuses personnes qui ont également envie de participer à la vie locale, ce qui permet d’échanger nos différentes visions et la manière d’aborder les problèmes. De plus en tant que jeune, j’essaye d’apporter de nouvelles idées, un point de vue différent, tout en écoutant avec attention l’expérience et le recul des aînés. Enfin, cette expérience m’apporte un nouveau regard sur la politique elle-même. J’ai beaucoup appris et suis désormais intimement persuadé que les acteurs politiques ne sont pas tous mauvais et qu’ils ne sont pas tous égoïstes. L’action locale, sans grands revenus, sans grande médiatisation permet cela.

Qu’aurais-tu envie de dire à un jeune qui ne veut pas voter ?

  • Camille :

Voter est un acte citoyen, un droit acquis, depuis pas vraiment longtemps pour les femmes, et donc important. Il serait dommage de ne pas s’exprimer. Faire entendre sa voix n’est pas une cause perdue ou insignifiante dans le lot des votants mais bien un pouvoir.

  • Pierre :

Bien que peu de personnes le sachent, les décisions prisent par le conseil municipal influent directement sur notre vie, sur notre quotidien. Nous sommes donc directement concernés ! Pour exemple, si tu pratiques une activité sportive ou es membre d’une asso, la commune est responsable du terrain, des locaux. Si le terrain de foot devient un champ de jachère ou miné de taupe, je pense que tu souhaiteras rapidement trouver les élus responsables pour leur demander d’y remédier ! C’est également eux qui votent les lois locales, l’aménagement de l’espace, l’animation de la ville ou encore le prix de tes impôts !

En quoi l’engagement politique peut-il être porteur de sens pour les chrétiens ?

  • Camille : Question n°1 L’engagement politique peut-être porteur de sens pour les chrétiens car quand on relit l’Ancien Testament ou on parcourt des passages de l’Evangile, politique et religion sont souvent liées. Le désengagement dans nos sociétés et la déresponsabilisation des individus doit interpeller les chrétiens et les inciter à s’engager.
  • Pierre :

L’expression de valeurs telles que la charité, l’amour, l’écoute, l’aide au prochain ou la morale qui nous habitent en tant que chrétien est mise en pratique et se fait écho à travers les multiples actions de la politique. C’est affirmer, de manière publique, ce qui est d’ordre privé. Non par provoc’ ou par fierté, mais pour être vrai ; avec nous même et avec les autres. Le Christ n’a pas choisi de se présenter à quelques uns seulement, mais bien au monde entier et de manière publique. Prenons-le en exemple. Ainsi, nous aussi, publiquement, assumons notre foi et présentons au monde le sens de notre vie, nos convictions, nos valeurs.

« Vous êtes dans le monde mais pas du monde » (Jean 17, 14-18)

Puisque la politique, que l’on s’y intéresse ou non, est la gestion de la cité, vouloir gérer la cité, à l’image de nos vies, prend tout son sens, pour nous Chrétiens qui sommes appelés à rayonner de l’amour du Christ. La raison politique ne se limite donc pas à déterminer les conditions techniques de la vie sociale mais est appelée à les mettre au service de la dignité de toutes personnes humaines.

Est-ce que dans l’engagement politique que tu vis aujourd’hui, tu découvres quelque chose qui te pose question par rapport à ton chemin de Foi ?

  • Pierre :

Mon chemin de Foi, c’est-à-dire celui qui tend à m’élever vers le Christ, ne pose que peu de questions dans mon engagement politique. Il me suffit, dès lors que certaines actions, certaines réflexions politiques sont en contradiction avec ma Foi, de revenir à l’essentiel et d’assurer avant tout nos principes Chrétiens. A chaque réflexion ou décision politique, je me demande avant d’y répondre ou de trouver une solution : que ferait le Christ à ma place ? (= une question à se poser souvent : QFJAMP !). Bien que la politique ait souvent pour objectif le bien commun, elle ne peut être le reflet d’elle-même. La politique doit être le moyen est non le but : un moyen, au même titre qu’un autre, pour nous élever, nous et le reste de la société, vers la gloire de Dieu.

Quel lien vois-tu entre la Foi et l’engagement pour la cité ?

  • Camille :

L’engagement politique ne peut pas être en opposition avec les valeurs chrétiennes. A mon avis, croire en Dieu, ne signifie pas être déconnecté de la réalité et des préoccupations de la cité mais être un acteur qui agit pour ses convictions qui doivent être en accord avec les valeurs chrétiennes.

  • Pierre :

Le lien apparait comme étroit, dans la mesure où notre engagement devient le prolongement de notre Foi. Benoît XVI a souvent fait le parallèle entre christianisme et politique, qu’il considère comme un cas particulier de relation entre la foi et la raison. La politique doit être au service de notre foi mais surtout pas l’inverse. S’engager en politique enfin, c’est s’engager à soutenir notre prochain avec la foi pour support.


Un grand merci à Camille et Pierre d’avoir pris le temps de nous répondre en pleine dernière ligne droite de leur campagne !

Sans forcément aller jusqu’à un tel engament, notre devoir de chrétien et de citoyen nous appelle à poser au moins un acte : celui de VOTER.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *