Eucharistie et partage, un dimanche soir ensemble.

Parce que le Dimanche soir avec LIFEinGARD il n’y a pas « que » la Messe des Jeunes, mais aussi l’after, Soizic-Marie, membre de l’équipe de la pastorale des Jeunes, nous raconte une petite histoire.

Vous avez deux heures. Et bien non, ce n’est pas un sujet à traiter comme une dissertation. C’est en tout cas ce qui me saute à la figure en reprenant mon clavier après le beau rassemblement local de « Solidarités en fête » et cet évangile mimé (et « relooké ») de la multiplication des pains par une équipe de jeunes se préparant à la confirmation.

Et puis je plonge presque dix ans en arrière. Très vite me revient son visage. Il s’appelle D. et fait la manche à la sortie de la messe, même en semaine à 9h, il boit un café (et plus si affinités…) au bar « la bonbonnière », son quartier général entre deux messes. Ce midi là, en sortant de l’église, je fouille mes poches et je me rends compte que, non seulement je n’ai pas la pièce qui irait bien avec mon sourire amical de circonstance, mais que, par dessus le marché, je n’ai pas de quoi payer mon ticket de Resto U. Je ne sais pas pourquoi, je le dit à D. C’est vrai qu’à force de se croiser, on ose un brin de causette sur le quotidien. Et c’est là que le miracle se produit. D. sort sa recette du matin de la poche de son blouson rose et bleu informe et me dit, sur un ton que j’aurais mieux entendu dans la bouche de mon propre père : « t’as besoin de combien ? » Ce jour là, je me suis fait inviter au resto U par un SDF et j’ai eu la révélation que j’avais un ami « à cause de Jésus ». Ce n’était pas inventable et le lien avec l’eucharistie à laquelle je venais de participer était trop évident.

Conclusion : aller à la messe, c’est bien. Mais c’est en sortant que tout commence. Avoir récité ensemble le « Notre Père » nous oblige à nous laisser transformer en frères et soeurs, ou alors notre communion au Corps et au Sang du Christ, c’est du vent. Je reformule : « Faites ceci en mémoire de moi« , cette parole du Christ qui institue l’eucharistie et que le prêtre redit à chaque messe ne s’adresse pas qu’à nos oreilles mais à tout ce que nous sommes et nous invite à nous donner aux autres à la sortie, à aimer jusqu’au bout comme il l’a fait.
Vu comme ça, c’est flippant, on ne peut pas se le cacher. Et je dois vous avouer que la petite expérience que je vous racontais en commençant est restée gravée à jamais en moi.

C’est pour cela que LIFEinGARD vous propose un petit entraînement. Commençons tout doucement, en apprenant simplement la joie de partager un moment convivial à la fin de la messe des Jeunes. Juste histoire de ne pas passer le dimanche soir seuls. Ce partage tissera des liens, fera naître des idées, nous rendra attentifs et accueillants les uns aux autres. C’est en tout cas sa raison d’être. En approfondissant la réflexion, nous sommes à peine à un poil de la dynamique engagée avec l’année « Diaconia, servons la fraternité ». Et si votre soif de servir au bout du monde commençait par un verre à partager avec votre voisin ? Et si votre faim d’aventures humanitaires commençait par une part de pizza après la messe ?
Et d’ailleurs, peut être que certains d’entre vous seront plus d’accord pour commencer par la pizza que par la piété… et alors, qu’ils soient les bienvenus.
Ici, on partage chaleureusement (même les frais de participation aux courses, dussé-je refroidir quelques bohèmes …)
J’dis ça, j’dis rien, mais je n’en pense pas moins,
Votre dévouée, votre reconnaissante

SMV

P. S : D est mort depuis une de ces maladies de l’exclusion. Priez pour lui. Et ouvrez les yeux.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *