LIFEinSAIGON : Isabelle en mission au Vietnam

Isabelle D’arnal est une LIFEinGARDoise expatriée cette année, après ses études elle a choisie de consacrer un an de sa vie pour une mission à l’autre bout de la terre.
Mitch est allé à sa rencontre « virtuelle » pour lui poser quelques questions un peu plus de six mois après son départ et faire le point à mi-parcours.

Isabelle,

Qui es tu ? Ou es tu actuellement et depuis quand ?

Je suis Isabelle d’Arnal, j’ai 25ans et je suis originaire des Cévennes et plus particulièrement du Vigan.
J’ai terminé mes études de pharmacie à Montpellier en juillet dernier. Actuellement je suis au Vietnam dans la ville de Saigon, dans le cadre d’une mission de volontariat pour un an.
Je travaille dans un dispensaire et j’enseigne le Français chez les sœurs de Saint Paul de Chartres. Voila déjà plus de six mois que je suis partie. (26 Novembre)

Quelle était ta motivation lorsque tu t’es lancée dans ce projet ?

En partant, je voulais m’ouvrir à une autre culture, voir du pays, et surtout servir. Oui, servir en m’enracinant dans la foi, c’était mon souhait à la suite d’un pèlerinage en Terre Sainte et dans la continuité des JMJ de Madrid.

Comment s’est déroulé ton envoi en mission ?

Je suis partie grâce aux Missions Etrangères de Paris. Cet organisme associé à une communauté de prêtres missionnaires envoie des jeunes volontaires partout en Asie et dans l’Océan Indien.
Pour cela, je me suis inscrite, j’ai passé un entretien, et ils m’ont trouvé une mission. Je ne l’avais pas choisie, ni le pays d’ailleurs, mais j’ai su tout de suite qu’elle était faite pour moi.
C’est Dieu qui m’envoyait là-bas.

Qu’est ce qui t’as marqué à ton arrivée et pourquoi ?

A l’arrivée, on est complètement perdu, mais on a tous cette volonté d’être le plus utile, partout et tout le temps. Mon travail s’est rapidement mis en place. J’ai été touché par l’accueil et la gentillesse des Vietnamiens. Ils nous ouvrent leurs maisons, nous invitent à leurs tables, heureux d’échanger avec des étrangers, de parler quelques mots d’ anglais ou de français.
J’en suis venu à me demander si l’on accueille toujours un étranger comme cela chez nous.

Peux tu nous raconter une rencontre qui a changé ta vision de l’ Eglise ? ( Aigle lyse ?)

Depuis mon arrivée, chaque rencontre m’a marquée, mais je préfère vous raconter une découverte, celle d’une Eglise vivante en Asie.
Un soir en semaine j’allais à la Messe, à l’église du quartier, et à ma grande surprise, l’église était pleine. Des enfants, des jeunes, des vieillards, tous venaient terminer leur journée par une messe.
La ferveur de ces gens me porte et la régularité dans leur pratique m’impressionne. A cela il faut ajouter un nombre de plus en plus important de vocations. Je n’ai jamais rencontré autant de religieuses et de séminaristes de ma vie.
Les congrégations sont très nombreuses, ils se perdent même parfois dans les noms. Mon amitié et ma complicité avec les sœurs avec qui je travaille ont changé ma façon de voir cette vie qu’elles ont choisie.

Quels cadeaux pour ta vie future pro, perso, Spi,… as-tu reçu au cours de cette grande aventure ?

Des cadeaux, j’en reçois tous les jours !
Des moments simples, des échanges, des « hello » avec les enfants dans la rue, des sourires… Je ne réalise pas tout à fait ce que je vis et je ne réaliserais surement pas, même à mon retour. Mais je suis sûre que cette expérience marquera ma vie.
Niveau pro, on verra bien en rentrant, et je n’y pense pas encore.
Côté perso, c’est perso !
Côté spi, comment ne pas être touché ni même façonné par une expérience comme celle-la ? Et puis Dieu fera le reste. L’aventure n’est pas finie !
Pour conclure, je dirais que la plus grande grâce que Dieu m’ait faite en partant, c’est de me découvrir moi-même, essentiel pour un jeune pour construire sa vie, non ?

Quel message adresserais-tu as des jeunes qui envisagent de vivre une expérience telle que la tienne ?

Les jeunes, il est important de prendre du recul, sur notre vie française. Partir en volontariat, c’est avoir la possibilité de la faire, tout en servant l’Eglise.
Partir pour faire une pause, se découvrir, ou encore se dépasser, une expérience à tenter non ?
Vous pouvez le faire à la fin de vos études, ou la place d’un stage, tout est possible, et ce n’est pas compliqué.
Enfin, que ce soit par le volontariat, ou autrement, demandons au Seigneur de nous montrer la voie pour le servir au mieux à travers les autres.


Voir le blog d’isabelle c’est en cliquant ici : http://isabelledarnal.wordpress.com/


Situer la ville de Saigon (Ho chi Minh Ville)


Agrandir le plan

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *