Jeunes Professionnels : Une soirée Partage à la LIFEinHOME

Vendredi soir, il est 20h et des poussières, l’ambiance est studieuse à la Life-in-Home…
Treize jeunes professionnels se sont rassemblés autour du Père Christophe pour un moment d’échanges à propos de l’évangile du dimanche suivant. (21-10-2012. ndlr)

« Celui qui veut être le premier sera l’esclave de tous : car le fils de l’homme n’est pas venu pour être servi, mais pour servir, et donner sa vie en rançon pour la multitude. » Ainsi résonne la dernière phrase de l’Evangile de Saint Marc (10, 35-45) de ce 29ème dimanche du temps ordinaire dans les têtes de nos jeunes pro.

Aujourd’hui, comment vivre le service dans ma vie professionnelle ? C’est bien LA question posée lors de la soirée.

Pour certains, c’est plus facile : en travaillant dans le social ou le médical, le service de son prochain c’est un peu le « « leitmotiv » » de la journée. C’est à la limite de l’esclavage pour nos néo-internes en médecine, mais elles le font avec plaisir. Elles l’ont choisi ce métier, pour ça aussi. Finalement ça fait du bien en rentrant chez soi de se remémorer la journée passée, et de ce dire qu’aujourd’hui on n’a pas servi à rien, parce que « « Monsieur Bidule » » dormira certainement mieux cette nuit, après avoir confié son inquiétude à propos de sa p’tite femme restée seule à la maison. Et oui c’est peut-être ça aussi le service : une petite oreille attentive qui prend patience à écouter. « « Ca paye pas de mine, n’empêche ça fait beaucoup plus qu’on ne le croit ! » »
Pour d’autres, l’affaire du service au boulot est moins aisée… il est parfois difficile de concilier les deux lorsque l’on « « bosse » » dans le commerce. Forcément « « Gudule » » fait plus de chiffre que moi en abreuvant ses clients de belles paroles, et avec lui on écoule vite le stock de babioles-sans-utilité. Alors voilà, à la fin du mois, je n’ai pas la prime spéciale « chiffre d’affaire », mais finalement c’est quoi le plus important : avoir le plus gros salaire, ou se sentir l’esprit libre d’avoir guidé au mieux son client et d’avoir respecté sa dignité.

Certains détracteurs vous diront : « c’est bien joli tout ça, mais si pour gagner mon passeport pour la vie éternelle je dois sacrifier ma vie professionnelle, non merci ! » et bien à ceux-là je répondrais : « parce que j’écoute mon client/patient, parce que je lui vends ce qui lui est le mieux adapté, parce que finalement je le considère comme mon égal, d’où qu’il vienne, quoi qu’il fasse ; alors j’aurais établi une relation de confiance avec lui, j’aurais tout porté à son avantage et non au mien, et pour cela je serais récompensé. Certes j’aurais peut-être acquis ainsi une petite place douillette au Paradis, mais pourquoi pas ici-bas aussi ; et oui parce que contrairement à Gudule, mon client/patient me remerciera tôt ou tard : il reviendra ! »

Par MGL


Retrouvez toutes les informations sur le Groupe Jeunes Professionnel
Et la page Facebook du Relais 25-35 – Jeunes Pro Nîmes

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *