L’Evangile pour tous j’y crois !

Cette semaine du 13 au 20 octobre se tient la Semaine missionnaire mondiale 2013. Son thème est : « L’Évangile pour tous, j’y crois ! » (Mt 28, 19). A cette occasion, nous sommes allés à la rencontre des jeunes de notre diocèse partis en mission. Voici leur témoignage :

François-Xavier nous parle de son volontariat, il est aujourd’hui de retour en France et nous raconte :

Âgé de 27 ans, et travaillant actuellement dans l’ingénierie mécanique, cela fait maintenant 6 mois que je suis rentré d’une mission de volontariat en Asie, qui a apporté beaucoup dans ma vie, l’a nourrie et l’a orientée.

A la fin de mon cycle d’ingénieur, j’ai ressenti le besoin de faire un break dans ma vie avant de me lancer dans la grande aventure de la vie active.
Pourquoi un break ? Pour réfléchir, pour me poser les bonnes questions sur ma vie, pour poser une base, pour être certain de bien orienter cette vie, et faire les bons choix.
Toutes ces questions me travaillaient, et je me devais de me lancer dans une aventure humaine pour avancer et répondre à ces questions dans les meilleures conditions possibles.
Cette démarche n’avait de sens pour moi que dans un contexte de foi et de don de soi, car c’est bien en se donnant qu’on reçoit, et beaucoup plus qu’on ne le pense…

Me voilà donc parti en Malaisie pour une durée de 6 mois, dans une mission double : Etre responsable de l’animation pastorale de la communauté francophone de Kuala Lumpur et œuvrer en tant que professeur, animateur, éducateur, aide administratif, et petite-main-multi-fonctions d’une école pour enfants pauvres à Kuala Lumpur.
Mon quotidien était tantôt de coordonner la communauté francophone, préparer les liturgies, animer groupes de prière, aumônerie, catéchisme pour des français expatriés dans un contexte social, culturel, religieux et économique complètement différent de ce que nous connaissons, et tantôt de donner des cours, préparer des événements, aider dans les tâches les plus simples, jouer, accompagner des enfants pauvres, eux qui constituent la réalité de ce contexte.

Ces deux missions que j’exerçais dans ce pays fascinant étaient fortement contrastées et cela m’a apporté un certain équilibre, m’apportant chacune un éclairage sur l’autre mission, me permettant en quelque sorte de mieux la comprendre.

J’ai eu la joie de retrouver une dizaine de volontaires MEP dans mon pays de mission, et ensemble nous avons partagé énormément de choses, moments forts, joyeux et bien sûr nous partagions les coups durs de nos missions afin de s’épauler et de trouver des repères entre nous.

Cette mission est bien sûr un temps de ressourcement, de discernement, permettant de répondre à de nombreuses questions, anticipées ou non !
La mission est belle, pleine de surprises, mais surtout remplie de grâces inattendues.
Tout jeune à l’orée de sa vie est plein de questions, à un âge où il faut faire des choix de vie importants. La mission de volontariat est un excellent moyen pour mener ces réflexions tout en œuvrant pour une cause utile, au service des personnes en besoin. Ainsi, la mission permet d’apporter toutes sortes de choses, la condition est ultra simple : se donner à 100%… et si l’on ne se sent pas capable ou peu capable, il faut bien se souvenir que l’important n’est pas tant ce que l’on fait, mais ce que l’on est.

François-Xavier, témoignant de son expérience lors de la « Fête des Disciples » le 29 juin dernier.

Rappelez-vous d’Isabelle qui nous avait fait part de son aventure au Vietnam :

http://s646725376.onlinehome.fr/isabelle-mission

Marianne s’est envolée depuis peu pour l’Inde, elle nous livre ce qui l’a poussé à partir :

J’ai 21 ans et je suis diplômée d’un BTSA Gestion et Protection de la Nature, et d’une Licence de Biologie, Environnement et Sciences de la Terre.
Depuis très longtemps j’avais ce désir de partir un jour dans un cadre de volontariat chrétien, pour donner un peu de ma vie aux délaissés de notre planète. De plus en plus au fil des rencontres, des questionnements personnels, des remises en cause, il n’a eu de cesse de s’affirmer et de grandir. Oui, je me suis sentie appelée à servir, plus profondément, plus pleinement que jamais. Mon engagement de cheftaine auprès des Jeannettes, d’animatrice à l’Ecole de Prière du Gard et toutes les occasions que j’ai pu vivre jusqu’alors m’ont montré qu’il n’y a pas de plus grande joie que de se donner pour les autres.
Mais je ne pouvais pas séparer ce don personnel de la Foi. Tout cela est intimement lié à Dieu, et c’est pourquoi c’est pour l’Eglise que je voulais me rendre disponible.
Je veux apprendre au travers de ma mission à « perdre » mon temps et à « gagner » en joie, en charité, en espérance… être un véritable témoin de l’amour de Dieu pour tous les hommes et faire grandir ma Foi.
Je suis encore jeune et en construction. Je désire bâtir ma vie sur le roc, et j’ai la conviction qu’en partant je recevrais bien plus que ce que je voudrais donner, que ce temps-là va aussi être un temps privilégié pour recevoir et se construire. Confronter ma culture à une autre, apprendre à découvrir d’autres manières de penser, de communiquer, de grandir. Apprendre à lâcher le matériel pour vivre dans l’échange et pour l’échange.
Comme pour la Foi, on ne cesse de douter d’un choix, de peser le pour et le contre. Répondre oui, c’est lancer un défi : celui de refaire chaque jour ce choix, quoiqu’il en coûte. C’est faire confiance en Dieu, en nos coopérateurs. Comme dit dans le cérémonial de l’engagement guide-aînée chez les Scouts Unitaires de France, c’est apprendre « à aimer ce que l’on fait, avant de faire ce que l’on aime ».
Me voilà donc depuis fin septembre en Inde, où en tant que volontaire de Fidesco, une organisation catholique internationale de coopération, je travaille pour une autre ONG catholique, Point-Cœur, dont la mission principale est l’accueil et la compassion auprès des populations locales. Mon travail durant un an consiste à produire des confitures et à les vendre pour permettre à la communauté qui vit ici de pouvoir peu à peu s’émanciper des dons et des subventions.
Travaillant et vivant avec les volontaires, consacrés et stagiaires de Point-Cœur, j’ai la chance de pouvoir partager leur vie de communauté et de prière.
Amis, famille, lecteurs, à quelques milliers de kilomètres de la France, et du Gard, sachez donc qu’il y a quelqu’un qui prie pour vous chaque jour et vous envoie son espérance !
Comme dirait Mère Teresa, « tout ce qui n’est pas donné est perdu »… alors, vous aussi, partez, donnez, aimez !
Que Dieu vous bénisse ou comme on dirait ici : God be with you (to guess with Indian accent) !

Marianne est partie un an pour la gestion d’une confiturerie

De nombreux autres jeunes sont partis pour donner et servir, en écho au thème des JMJ de Rio en 2013 et en réponse à l’appel du Christ : « Allez de toutes les nations faites des disciples ! » (Mt 28, 19)
Relire les témoignages des JMJistes

Nous vous invitons à découvrir le message du pape pour cette semaine missionnaire.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *