Merci Benoît XVI !

La nouvelle a commencé à circuler vers midi et c’est par son réseau social préféré que Mitch a appris la nouvelle : Benoit XVI a décidé de renoncer au ministère qui lui a été confié par les Cardinaux le 19 avril 2005, quelques semaines après la mort de Jean-Paul II. A partir du 28 février, le conclave devra élire un nouveau pape.

« Renoncer au ministère ». Mieux que personne, Benoit XVI nous aura appris le vrai sens du mot « ministère », celui du « service », le plus grand service qui soit ici, celui de « la charité dans la vérité », selon le titre de sa belle encyclique ( Caritas in Veritate, 2010). Dans l’homélie inaugurale de son pontificat, il s’est défini lui même comme un « humble serviteur de la vigne du Seigneur » .
« Humilité », « Courage », ces mots accompagnent sur internet la diffusion des dépêches d’information. Mais les mots de son discours quant au constat de son affaiblissement « vigueur qui, ces derniers mois, s’est amoindrie en moi d’une telle manière que je dois reconnaître mon incapacité à bien administrer le ministère qui m’a été confié ». En ce 11 février, fête de Notre Dame de Lourdes et Journée Mondiale de prière pour les malades, nous confions le Saint- Père à son intercession.

Après le choc, c’est un élan de reconnaissance qui doit ressurgir : MERCI BENOIT XVI ! Et pour être cohérents, ce merci doit s’inscrire dans nos cœurs et nos actes. Pour commencer, accueillir la parole qu’il nous a transmise tout au long de ses enseignements :
à Madrid, aux jeunes français présents aux JMJ :  » Recherchez surtout la vérité qui n’est pas une idée, une idéologie ou un slogan mais une personne, le Christ (…) Il vous aime depuis toujours et vous connaît mieux que quiconque ».
Ses lettres encycliques sur l’amour « Deus Caritas est » , sur l’espérance (Spe salvi) et la vérité peuvent être synthétisées en un tweet, comme il l’a su le faire : « si un faux pessimisme affirme que le christianisme a fait son temps, eh bien non, il commence à nouveau ! » Benoît XVI
Il est reconnu comme un enseignant extraordinaire et un théologien de grande envergure. Mais l’acte qu’il pose maintenant montre encore une fois qu’il incarne ce qu’il dit : « Cependant, l’humilité de la raison sera toujours nécessaire pour pouvoir l’accueillir. Il faut l’humilité de l’homme pour répondre à l’humilité de Dieu. » ( Discours au Collège des Bernardins, Paris, septembre 2008). Comment ne pas penser à son prédécesseur Paul VI quand il disait :
« L’homme contemporain écoute plus volontiers les témoins que les maîtres ou s’il écoute les maîtres, c’est parce qu’ils sont des témoins ». Benoit XVI est un de ces maîtres, témoins du Christ que nous sommes fiers de suivre quand il nous dit (encore en français aux JMJ de Madrid !) :
« Le Christ vous demande aujourd’hui d’être enracinés en Lui et de bâtir avec Lui votre vie sur le roc qu’il est Lui-même. Il vous envoie pour être des témoins courageux et sans complexes, authentiques et crédibles ! N’ayez pas peur d’être catholiques, d’en témoigner toujours autour de vous avec simplicité et sincérité ! Que l’Église trouve en vous et en votre jeunesse les missionnaires joyeux de la Bonne Nouvelle ! « 

Merci Saint -Père !


Cette annonces est déjà énormément reprise sur les réseaux sociaux, voici quelques tweets :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *