Saint Narcisse : Bonne fête à tous !

Une fois n’est pas coutume, LIFEinGARD vous propose une histoire de la mythologie grecque (un peu de culture générale, ça ne fait de mal à personne, après tout !)

Narcisse, du mythe…

À la naissance de Narcisse, le devin Tirésias, à qui l’on demande si l’enfant atteindrait une longue vieillesse, répond : « Il l’atteindra s’il ne se connaît pas. » Il se révèle être, en grandissant, d’une beauté exceptionnelle mais d’un caractère très fier : il repousse de nombreux prétendants et prétendantes, amoureux de lui, dont la nymphe Écho, qui lui jette une malédiction : un jour qu’il s’abreuve à une source, il voit son reflet dans l’eau et en tombe amoureux. Il reste alors de longs jours à se contempler et à désespérer de ne jamais pouvoir rattraper sa propre image. Il finit par dépérir puis mourir d’une passion qu’il ne peut assouvir, et est pleuré par ses sœurs les naïades. À l’endroit où l’on retire son corps, on découvre des fleurs blanches : ce sont les fleurs qui aujourd’hui portent le nom de narcisses.
Une autre version, veut que amoureux de son image, Narcisse aimait la contempler sur le reflet de l’eau, et qu’un jour en voulant embrasser sa propre image reflétée par l’eau, il se noya. Des fleurs blanches seraient apparues à l’endroit de sa disparition, les Narcisses. ( Merci Wiki !)

L’histoire de Narcisse est passée dans le langage courant ; en effet, on dit d’une personne qui s’aime à outrance qu’elle est narcissique.

… à la réalité :

En fait, cette vieille histoire peut nous faire réfléchir. Nous sommes dans une année où l’Eglise en France nous invite à sortir de nous même à partir du thème « servons la Fraternité » , c’est la démarche Diaconia qui nous emmènera au temps fort du 16 mars prochain à Alès, étape importante de notre chemin vers les JMJ. Au moment où nous commençons à ressentir les morsures de l’hiver, ne nous laissons pas enfermer dans la contemplation de notre petit moi. N’ y aurait il pas quelqu’un qui aurait besoin que je lui tende la main ? Et si ça commence à vous démanger, n’hésitez pas à aller faire un tour sur http://diaconia2013.fr/diaconia-avec-les-jeunes-2/ et osez le défi !

Je propose deux phrases à votre réflexion :  » il n’existe que deux alternatives : s’aimer soi jusqu’au mépris de l’autre ou aimer l’autre jusqu’à l’oubli de soi ».( M Quoist) Bien sûr qu’il y a une juste « estime de soi », celle qui permet de bien entendre « Tu aimeras ton prochain comme toi même ».(Lévitique 19,18) Et le sommet reste bien : « il n’y a pas de plus grand amour que de donner sa vie pour ceux que l’on aime ». (Jn 15,13)

P. S : Amis du « saint du Jour » bonjour, je vous dois aussi la vérité : le Saint Narcisse que nous fêtons aujourd’hui n’a absolument rien à voir avec ces histoires mythologiques, il s’agit d’un évêque de Jésusalem mort en 212 martyr. Il a marqué son temps par la décision de fêter Pâques le dimanche et non selon le calendrier juif.

SMV

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *