Le Christ est-il divisé ?

Une semaine discrète passée dans les « institutions » de nos calendriers, du 18 au 25 janvier, c’est la Semaine de prière pour l’unité des chrétiens.

Fermez les yeux un instant et laissez se dérouler en votre esprit le « film » de la Passion de Jésus : « Lorsque les soldats eurent crucifié Jésus, ils prirent ses vêtements et firent quatre parts, une part pour chaque soldat, et la tunique. Or la tunique était sans couture, tissée d’une pièce à partir du haut ; ils se dirent donc entre eux : « Ne la déchirons pas, mais tirons au sort qui l’aura » : afin que l’Ecriture fût accomplie : Ils se sont partagés mes habits, et mon vêtement, ils l’ont tiré au sort. Voilà ce que firent les soldats. » (Jean 19, 23-24)

Les Pères de l’Eglise ont aimé à voir cette tunique sans couture comme l’image de l’unité de l’Eglise. Et pourtant, la fragile unité de l’Eglise depuis ses débuts a été souvent malmenée, la tunique du Christ a été déchirée de nombreuses fois !
Mais, le Corps du Christ ne peut être disloqué ! Si sa tunique, elle, est en lambeaux, son Corps est un. Quelques soient nos appartenances d’Eglises, nous sommes tous membres de ce Corps. Des événements tels que les JMJ, les rencontres de Taizé, les temps forts diocésains… nous le rappellent et nous invitent à être artisans d’unité. C’est facile et sympathique dans des moments si porteurs mais au quotidien… ?

Depuis 80 ans, des efforts importants sont faits pour que les morceaux de la tunique du Christ se rapprochent, se parlent et pour que se tisse une véritable unité fondée sur la foi commune en la puissance d’amour du Christ.
A nos générations, il est proposé un vrai défi, celui de témoigner du Christ fidèlement et avec humilité, sans exclure qui que ce soit de la miséricorde de Dieu. L’unité commence dans le cœur de chacun de nous, dans notre désir d’être unis au Christ, dans la cohérence de notre vie avec l’Evangile et l’enseignement de l’Eglise, dans l’accueil et le respect de ceux qui pensent différemment que nous dans nos communautés, nos groupes de jeunes et bien au-delà…

Le contexte difficile de notre société crée des comportements identitaires qui pourraient exclure et non contribuer à l’unité. Loin de nous lamenter sur les lambeaux de la tunique de Jésus Christ, travaillons à tourner les cœurs et les esprits vers le Christ lui-même qui seul peut donner sens et unité à notre vie.

P. William Marie MERCHAT

Programme de la semaine pour l’unité des chrétiens sur la ville de Nîmes :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *