Terre Sainte… Rien qu’un Pèlerinage ?

Cet été, dix jeunes gardois sont partis pour un pélérinage sur les pas du Christ, en Terre Sainte. Ils témoignent de cette expérience pour LIFEinGARD :

  • Une démarche spirituelle :

Les témoignages sont unanimes pour dire la force de cette expérience spirituelle au delà de son aspect sensible. « La foi, chacun a la sienne et doit ainsi la vivre à sa façon.

Je me doutais bien de ça avant de partir en Terre Sainte, mais je ne l’ai réellement expérimenté que là-bas, en découvrant que ma foi ne passerait pas par le sensible contrairement à certains du groupe. Je ne m’attends plus à voir un bosquet brûler et entendre le Seigneur me parler, mais j’ai compris que je devais être attentif aux signes qu’Il pourrait me donner, mais surtout, être patient. » Vincent.

Les jeunes se sont mis à l’école de Marie pour apprendre d’elle cette patience et l’humilité joyeuse : « sur les pas de la Vierge Marie, je découvrais Nazareth .C’est sur ce lieu saint que j’ai entendu raisonner son « Oui », il m’a permis d’approcher davantage la tendresse et l’amour que le Père propose à chacun. Dans la simplicité et l’humilité de la grotte, je me suis appropriée la douceur de Notre Mère du Ciel et me suis senti fille aimée de Marie qui nous enfante spirituellement et nous conduit vers le Christ. C’est dans la basilique de l’Annonciation, à travers les rencontres et les paroles prononcées que j’ai entrevu l’essence même de la création. Marie accueille l’enfant Dieu et nous offre ainsi par son fils, la Vie. Tout commence ici, j’ai été confronté à un choix pour l’humanité, pour les enfants de Dieu ; choix témoigné dans ces lieux saints. La simplicité de cette ville a pris alors un caractère surnaturel, j’ai été touchée et me suis sentie reliée à la source de la foi. Les yeux grands ouverts Je me suis laissée guidé, par la tendresse et la protection de Marie. J’ai été accompagnée par son regard bienveillant et son exemple de vie est devenu l’empreinte même de l’Amour du Père pour ses enfants. C’est encore là-bas que j’ai compris le sens profond de la prière, du chapelet, de l’accueil, de la confiance et de la vie. C’est à Nazareth que mon pèlerinage a débuté en Terre Sainte après cinq jours sur la terre d’Israël, et que j’ai commencé mon pèlerinage spirituel à la suite de Marie pour désirer ardemment m’engager à son école. Domitille

Le mot de la fin appartient à François-Xavier : « Une fois en Terre Sainte, plus les jours passaient, plus je m’enracinais dans la foi. »

Des lieux et des rencontres :

Cela commence pour certains bien dès avant le pèlerinage quand ils se découvrent « envoyés » : … « L’une des personnes m’a demandé de prier pour elle et de déposer ses problèmes à l’endroit où le Christ est mort pour nous. Là, j’ai commencé à prendre conscience de l’importance que pouvait avoir ce voyage. Je me suis dit qu’au moins j’aurais quelque chose à porter là-bas. Puis, j’ai voulu y confier ma famille, ainsi ma démarche a commencé à prendre son sens. J’ai eu la conviction de partir en tant que messager pour le Christ. » François-xavier.

Pour chaque pèlerin, les lieux ont pris sens :

A Nazareth « Dans la simplicité et l’humilité de la grotte, je me suis appropriée la douceur de Notre Mère du Ciel et me suis senti fille aimée de Marie qui nous enfante spirituellement et nous conduit vers le Christ. C’est dans la basilique de l’Annonciation, à travers les rencontres et les paroles prononcées que j’ai entrevu l’essence même de la création. Marie accueille l’enfant Dieu et nous offre ainsi par son fils, la Vie. « A Jérusalem, devant le Saint Sépulcre, en faisant abstraction de tous les pèlerins, c’est à dire en se sentant seul face au Saint Sépulcre, on peut vivre un moment unique de prière. » (Marie)

L’accueil des chrétiens nous a beaucoup touchés comme à Taibeh où le groupe est resté une semaine)… » Là nous avons rencontré des jeunes chrétiens pour qui la religion n’a jamais été remise en question. Des jeunes plus âgés qui consacrent leur temps aux plus jeunes enfants. Nous étions attendu

pour pouvoir participer à cette session de français, et où nous avons eu la joie donner un peu de nous-mêmes : par la peinture (une grande fresque sur le thème de la création a été réalisé sur les murs du terrain de basket de Taybeh par Fx, Marius et les enfants), l’initiation au français (par Domitille, Benjamin et Rosalie), le sport (par Nicolas Dumas, Nicolas Moine et Vincent) et la musique (par Olivier et moi) : Les filles qui étaient avec moi à la musique nous ont appris aussi des chants en arabe ! Cette semaine a été un temps de pause car nous restions dans Taybeh. Elle nous a permis de discuter beaucoup entre nous et avec les habitants de Taybeh. Un temps de découverte culturelle car nous avons gouté à la nourriture arabe que nous avons tous aimé ! ( Marie)

Ils soulignent aussi l’importance de l’expérience communautaire : « Enfin, ce voyage a aussi été l’occasion d’une vie de groupe hors du commun, où chacun a pu y trouver sa propre place. On n’a pas seulement appris à vivre ensemble pendant trois semaines, nous avons Vécu pendant trois semaines, et ce n’est certainement pas fini. » Vincent.

Nous les remercions pour ces paroles fortes. Ce pèlerinage les a mis en route sur un chemin qui dépasse les frontières et les paysages de Terre Sainte. Leur démarche montre bien que la visite de ces lieux où Jésus a vécu les engage à une relation vivante avec le Christ et cette relation est appelée à grandir chaque jour, où qu’ils soient, dans l’humble quotidien de leurs journées d’étudiants, de séminariste ou de jeune professionnel.


Pour lire l’intégralité des Témoignages, cliquez ici

Accéder à l’album photo

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *